Par Marwane EL HalaissiChercheur et consultant-formateur en entrepreneuriat social et économie sociale et solidaire

La Covid 19 s’est abattue de façon violente sur Marrakech, résultat l’économie de la ville en a payé le prix cher. La dynamique économique locale a enregistré un fléchissement record, surtout pour le cas de l’activité touristique dont le chiffre d’affaires a baissé de façon significative, enregistrant une baisse de 50% des réservations en l’espace d’un exercice (entre 2019 et 2020).

La crise du secteur touristique eut des effets pervers sur le tissu socio-économique local, des milliers de citoyens et citoyennes ont perdu leurs sources de revenus, suivant le HCP (Haut-Commissariat au Plan) le chômage excessif s’est traduit par la baisse de la moitié des revenus marocains. La destruction des emplois s’accompagna de  la dégradation des conditions de vie de la population locale et la prolifération de la mendicité.

Face à cette situation critique, une dynamique entrepreneuriale a fait surface. Les Marrakechis se sont orientés vers l’entreprise que ce soit au niveau du secteur formel ou informel pour contrer la précarité socio-économique générée par la pandémie qui sévit à Marrakech depuis Mars2020. La CCISMS (Chambre Commerce Industrie Services Marrakech Safi) a annoncé que la création d’entreprises s’est chiffrée à  un total de 6 242 au titre de l’année 2020, pour un investissement global de plus de 1 547,58 (MDH), générant près de 27 945 emplois.

Il faudrait aussi retenir une autre facette du phénomène entrepreneurial, en l’occurrence les « petits projets » développés au niveau du secteur informel qui requièrent des « micro-capitaux », mais dont les retombées restent multidimensionnelles, en ce sens ces initiatives de proximité peuvent générer des revenus quotidiens dignes et équitables. Les projets de petite taille consolident la sécurité socio-économique des porteurs de projets, ils créent aussi une dynamique locale profitant à différentes couches de la société qui s’intègrent dans le circuit économique local.

Ce genre de projets contribuent au changement social, dans la mesure où ils permettent aux Marrakechis d’accéder à un emploi salubre qui préserve sa dignité, nous signalons en ce sens qu’à travers ces initiatives, les porteurs de projets perçoivent un revenu supérieur à celui de leur position de salarié tout en travaillant moins, ce qui permet aux chefs de ménages à consacrer davantage de temps à leurs familles, consolidant ainsi la cohésion sociale.

Les projets entrepreneuriaux du secteur informel représentent une réponse clé aux problématiques socio-économiques locales, en ce sens un instrument adapté aux porteurs de projets besoins devrait être implémenté afin de renforcer leur résilience contre les différents aléas sociaux (maladies, accidents) en consolidant leur accès à la couverture sociale.