L’artiste et écrivaine marocaine Bouthaina Azami dévoile son exposition « A fleur de mondes. Transes et silences » à la Galerie Nouiga, à Rabat. Une vingtaine de tableaux aux couleurs fortes et aux émotions intenses sont mises en scènes pour briser des tabous relatifs à la femme. A découvrir jusqu’au 12 novembre 2021.

« Il y a une grande présence féminine dans mes tableaux, nous confie Bouthaina Azami. Des femmes souvent aux yeux fermés, repliées sur une sorte de mémoire intérieure qu’elles semblent craindre de laisser jaillir au dehors.

La force libératrice de la transe

L’exposition est une galerie de visages féminins scandés par des présences totémiques qui semblent exhiber à la fois leurs souffrances, leur mutisme, leurs entraves mais annoncer, aussi, un renouveau, « la figure totémique renvoyant à l’univers des esprits et, souvent, à des rituels de transe où se simule un renversement du monde, de l’ordre établi, où le corps de libère de ses entraves ».

D’ailleurs, des corps nus en éveil traversant les murs et d’autres, libérés, pris dans une danse rebelle, semblent vouloir tirer ces femmes de leur « absence », prenante, prégnante, mais non dénuée de beauté, comme si la féminité résistait à toutes les violences. « Il y a beaucoup de renvois à l’Afrique, à l’esclavage (la fleur de lys dans Africa in my skin), aux drames migratoires (Mare nostrum) dans cette exposition où beaucoup de personnages m’ont été inspirés par mes livres. Ils ont pris corps dans la toile », conclut l’artiste.