Dans l’esplanade du Palais Méchouar au quartier des Habous à Casablanca, s’est tenue la deuxième édition du Festival international de la culture Aissaoua, sous le Haut patronage de S.M le Roi Mohammed VI. Le riche patrimoine mystique du Maghreb, a été célébré durant trois belles soirées.

Organisée par la section Casablancaise de l’association Fès Saiss, cette deuxième édition a été marquée par une fréquentation record et a offert un riche programme qui illustre la splendeur de l’héritage Aissaoui, avec de grands noms du Maroc, de la Tunisie et de l’Algérie.

L’ouverture du festival a été assurée par l’ensemble « Awamria Mkaddem Sidi Ameur », dignes représentants de la « Tariqa Al Amiriya » de la confrérie tunisienne Zawiya Sidi Ameur, ainsi que le chanteur tunisien Mahmoud Frih, spécialiste de la nouba du Malouf tunisien.

L’Algérie était à l’honneur avec les Aissaoua Mkaddem Khalil Baba Ahmed, et le chanteur de musique gharnati Brahim Hadj Kacem.

Le soir-même, la Tariqa Aissaouia du Maroc a été représentée par Taifat Ikhouane Aissaoua, dirigée par le jeune et talentueux Abdessamad Hadef de Meknès. Le Melhoun a également été présent, avec le grand artiste Driss Zaarouri et l’orchestre du maestro Mohamed Otmani des musiques traditionnelles de Fès. Ensemble, ces trois grands artistes ont subjugué le public à travers une fusion inédite.

Le festival International de la Culture Aissaoua a proposé un beau tableau artistique à la soirée de clôture, qui a réuni sur scène le légendaire groupe Nass Al Ghiwan avec les troupes Aissaoui venues de Meknès, de Fès et de Rabat.

Devenant un rendez-vous culturel majeur pour la sauvegarde et le développement de la culture Aissaoua, le festival met en lumière les rituels de cette discipline ancestrale, et contribue à sa renommée auprès d’un large public, notamment la jeune génération afin de l’initier à prendre soin de cet héritage culturel et à connaître ses richesses.