Cette IA a un incroyable talent !… Oui, mais je préfère l’autre avec sa justesse d’intonation et son style finement fort… Dorénavant, les « machines-artistes » seront au cœur des discussions.

L’IA évolue incroyablement vite dans tous secteurs confondus. Elle nous épouvante autant qu’elle nous impressionne. Des albums de musique sont de plus en plus produits par des machines, ce qui interroge la place qu’occupe aujourd’hui l’humain, l’artiste, dans un processus de création habité par les robots et les algorithmes.

En effet, l’IA repose sur une myriade de partitions musicales qu’elle écoute, réécoute, de surcroît analyse, pour générer par suite de nouveaux morceaux de musique. Pourtant, une chanson n’est pas uniquement une agrégation d’objets sonores (notes de musique, élément vocal, polyrythmie etc.), elle recèle surtout un sens et une sensation. Elle possède le charme le plus puissant, un charme irrésistible à même d’agir sur les sources profondes de notre vie affective. Il est question à cet effet du côté « feeling » et de l’émotion que devrait transmettre et mettre en évidence une chanson quelconque.

Par ailleurs, en prenant le cas de la chanson actuelle, le champ est fertile pour la naissance, le développement et la prédominance même de la musique artificielle. Nous vivons en effet une confusion entre la valeur proprement artistique de l’œuvre musicale et la valeur financière, ce qui nous mène à réfléchir plus que jamais sur la finalité même de l’art.

Certes, la chanson connait de nouvelles tendances de production et de commercialisation, mais sa fonction ne doit aucunement changer. Autrement dit, on peut comprendre l’émergence de chansons en phase avec les dynamiques de l’évolution des habitudes de consommation. Cependant, ces mêmes chansons sont tenues d’assurer le rôle de vecteur de l’identité et du patrimoine culturel de toute société.

À cet égard, Platon disait que rien ne touche l’âme avec plus de force qu’un rythme et une harmonie prodigieusement unis dans une culture correctement conduite, une culture qui construit et instruit la société.

Ainsi, la chanson gagnerait à prendre son élan, en accordant une importance particulière à la créativité notamment dans la composition et le choix des paroles. Nous devons investir dans l’éducation musicale afin de nourrir, avec élégance, l’âme et l’esprit de tout un chacun.

À mes yeux, l’éducation n’est pas seulement l’école, c’est aussi , en sus de la famille et des médias, la musique.

En somme, l’IA est un outil surprenant, nous le reconnaissons, mais doit rester un outil pas plus ; un outil au service de l’art qui ne doit en aucun cas faire perdre la main à l’humain. Je crois personnellement à l’interaction et à l’entraide entre l’Homme et la machine, et reste convaincue que l’art et la créativité distingue de loin la nature humaine.