Par Tariq AKDIM

On veut du nouveau, le tout nouveau. Un nouveau modèle de développement, une nouvelle loi de finance, une et une et j’en passe. Aujourd’hui, sommes-nous convaincus de ce qui nous attend vraiment ? De ce que nous avons pris au sérieux et de ce qui nous semble primordial ?

Notre « richesse », c’est notre diversité. Notre apport, c’est dans l’intelligence collective.  Il faut donc user d’un nouvel esprit, à la fois créatif et intelligent, pour que richesse rime avec intelligence, nous devrions nous investir dans ce que peut porter le Marocain dans cette conquête de l’espoir. Espoir de voir un pays se démocratise, s’affiche ouvertement tolérant et solidaire, un pays porté par la volonté de devenir riche par ses hommes et ses femmes.

Tantôt, je dirai que c’est utopique. Oui, mais on a le droit de rêver, ensemble. Tout ce que cela porte en nous, c’est d’une foi, d’une détermination et d’une persévérance. Puisque au final, nous nous perdons ensemble, ou nous nous gagnerons ensemble. Il n’est pas ici question de se perdre au sens physique du terme, mais celui de ne plus avoir un but à atteindre, ou un objectif à défendre. C’est pour cette raison, que j’appelle les consciences à un nouveau réveil.

Un réveil porté par l’envie d’avoir ses droits mais aussi de tenir ses obligations.  De respecter les institutions et les Hommes, mais aussi les citoyens et les acteurs. A faire de nous un modèle de diversité et de fraternité. Un modèle nouveau, hors du commun.  

Loin des victoires trompeuses de certains partis politiques, loin de l’imposture de certains médias. A faire de nous des êtres-penseurs et des êtres-collaborateurs. A chercher ce qui nous réunit, ce qui fait de nous le plus bon être, et dans ce bonheur de se retrouver ; une quête de sens. Pas celle de vouloir philosopher, mais celle qui conduit à faire de notre éducation un modèle, de notre culture, la rencontre des générations, à puiser le détail de notre patrimoine, à aller chercher des histoires de courage et de vivre-ensemble. C’est cela la singularité que nous devrions chercher dans ce « nouveau modèle ».

N’ayez pas peur de dire Non, n’ayez pas peur de dire Oui, Soyez justes et certains. Mais de cette justesse peut naitre le besoin de chercher un nouveau souffle. Un souffle porteur d’une nouvelle dynamique à la veille de la nouvelle année. Une dynamique qui peut être portée par toutes celles et tous ceux qui se sentent inutiles dans ce Maroc pluriel. Une dynamique où celui et celle qui habite dans le fin fond de l’Adrar ou dans le fin fond des oasis, ou encore dans les frontières au Sahara se sentira aussi partie prenante de ce « nouveau modèle », puisque le Maroc est un et seul. Il  y a des marocains et un modèle. Mais, lequel ? Seule la commission le dira.

Tariq AKDIM, Economiste des territoires, enseignant et directeur de rédaction de la Revue « ADRAR VOICE »