Je vais la faire simple, le terrorisme n’est pas plus dangereux que le discours, les idées, l’idéologie dont il est l’aboutissement naturel.

Je peux même dire qu’un terroriste ne me fait pas autant peur qu’un idéologue qui passe son temps à convaincre ses fidèles que le monde est un bordel et que le salut passerait nécessairement par la bouche d’une kalachnikov.

Le pire, c’est que les idéologues en question se réjouissent de faire réagir violemment les régimes. Cela donne de la légitimité à leurs idées et conforte les fidèles dans leur perception du monde et de l’Autre. Ils en ont besoin pour se maintenir soudés en tant que communauté.

Ainsi, les fidèles ne doivent pas avoir le temps de se remettre en question. C’est très dangereux pour la communauté. Et, c’est la raison pour laquelle, on assiste à un passage à la terreur dès lors qu’il y’a un relâchement de l’autre côté.

Donc, disons le clairement, cela n’a rien à voir avec les religions.

Le terrorisme, c’est de temps à autre, tandis que l’endoctrinement, c’est un travail quotidien, de tous les jours que le bon dieu fait… Pour y faire face, les services de sécurité ont certes les moyens techniques, les compétences et généralement tout ce qu’il faut pour identifier les candidats au terrorisme et agir de façon préventive et efficace. Mais, peuvent-ils réellement contrôler la propagation de l’idée terroriste ?

Il ne fait aucun doute qu’il s’agit là, du rôle que doivent jouer simultanément et solidairement la famille, l’école, la presse, les intellectuels, les politiques publiques…etc. Malheureusement, personne n’assume complètement ses responsabilités. Personne ne remplit correctement son contrat.

Certains médias soi-disant modernistes rendent inconsciemment service à la nébuleuse terroriste en donnant jour et nuit la parole à des faux spécialistes et aux mercenaires de l’extrémisme et du communautarisme identitaire. Ils jouent le jeu du terrorisme en jetant de l’huile sur le feu.

Exemple : si l’on doit demander à un simple musulman de se justifier, de dénoncer et s’excuser pour des actes commis pas des jihadistes de daech ou autres, l’on doit s’attendre à ce que ce bon musulman soit la cible du terrorisme provenant de l’autre côté; des groupes de l’extrême droite ou des individus fanatiques…

Et, c’est d’autant plus absurde qu’irresponsable!