Je ne crois pas aux clivages Droite-Gauche qui ne veulent rien dire dans le contexte marocain. Je leur préfère la segmentation camp du progrès versus celui de la régression.

Je ne comprends ni l’esprit ni la portée du label de Monarchie parlementaire, dans un pays qui peine encore à décliner en lois d’application des provisions constitutionnelles votées depuis 2011.

Je n’ai aucune objection à ce que Sa Majesté règne et gouverne. Néanmoins, je participe du postulat que n’importe quel être humain sauf à vouloir se déifier, est faillible, donc exposé à l’erreur et à la mauvaise appréciation de la chose publique, et ce, aussi brillant et aussi intègre soit-il.

Je rappelle ici que la lettre et l’esprit de la démocratie demeurent que face à chaque pouvoir se dresse un contre-pouvoir de nature à épargner des enlisements et des dérapages potentiels, somme toute humains.

Bien sûr je conçois le pouvoir et le contre-pouvoir dans un rapport de cohabitation en bonne intelligence et de consensus avec à l’appui la nécessité que chaque pouvoir reste comptable de ses actes en vertu du sacro-saint principe démocratique de la reddition.

Notre pays n’a besoin d’être ni de droite ni de gauche ni du centre. Notre pays a besoin d’apurer ses moult déficits en termes de gouvernance politique, économique et sociale. Nul besoin d’épiloguer sur un constat connu de tous.

Tous, gouvernants et gouvernés, devons avoir dans notre viseur un seul objectif, hisser notre pays au niveau requis pour se mettre sur le rail de la modernité sociétale, du développement économique et du progrès social.
Notre cher pays a besoin de la mobilisation de toutes ses forces vives avec le soutien d’une Monarchie rénovée et l’adhésion du peuple pour desserrer l’étau de la dépendance économique et de la fracture sociale.

En dehors de ce schéma de consensus et d’objectifs ciblés auxquels tous les Marocains s’accordent, la Monarchie en tête, je ne vois que de l’écume et de la politique-divertissement dont notre pays n’a plus ni le temps ni les moyens pour s’y complaire à répétition.

Mostafa MelgouChercheur en économie et Expert du secteur bancaire et financier. Ancien cadre supérieur de plusieurs groupes bancaires dont notamment la BMCI, la Saudi French Bank à Jeddah, Sahara Bank en Libye, et ABNAMRO Bank. Il est co-fondateur de la plateforme ANALYZ.MA