A l’occasion de la Journée internationale de la jeunesse 2019 célébrée le 12 août, l’ONU a appelé la communauté internationale à « transformer l’éducation » en mettant l’accent sur les efforts visant à rendre l’éducation plus pertinente, de qualité, inclusive et équitable est essentielle pour préparer les jeunes à être des citoyens et des apprenants actifs et engagés tout au long de leur vie.

Avec 1,8 milliard de personnes âgées de 10 à 24 ans, le monde n’a jamais compté autant de jeunes qu’aujourd’hui. Mais 24 millions d’entre eux ne sont pas scolarisés. Et près d’un enfant sur dix dans le monde vit dans des zones de conflit. L’instabilité politique, les défis du marché du travail et un accès limité à la participation politique et civique ont conduit à un isolement croissant des jeunes dans les sociétés.

Le thème de cette année met l’accent sur les efforts visant à rendre l’éducation plus inclusive et plus accessible pour tous les jeunes, y compris les efforts des jeunes eux-mêmes. Enracinée dans l’objectif 4 de l’Agenda pour le développement durable de 2030 : « Assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie », la Journée internationale de la jeunesse 2019 examinera comment les gouvernements, les jeunes et les organisations dirigées par des jeunes et axées sur les jeunes, ainsi que d’autres acteurs, transforment l’éducation pour en faire un outil puissant permettant de réaliser le Programme 2030 pour le développement durable.

Dans son communiqué de presse l’ONU a indiqué qu’a une époque où le monde considère de plus en plus que les jeunes sont des leaders et une conscience morale, allant de l’action pour le climat à la consolidation de la paix, en passant par l’éducation, il est plus important que jamais de célébrer leurs réalisations et leur engagement.

Le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a regretté dans un message que « trop souvent, l’école ne dote pas les jeunes des compétences dont ils ont besoin pour faire face à la révolution technologique. Les élèves ne doivent pas seulement apprendre: ils doivent aussi apprendre à se former », a-til fait valoir.

Le Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies (DESA) a rappelé que des progrès remarquables avaient été réalisés pour assurer une éducation de qualité pour tous. En 2010, 63% des enfants en âge d’être scolarisés, suivaient une éducation préscolaire ou primaire. En 2016, cette proportion avait atteint 70%, ce qui signifie que des millions d’enfants supplémentaires vont désormais à l’école.

Mais, a prévenu le DESA, derrière ces développements positifs se cache une crise mondiale de l’apprentissage. Selon le dernier rapport sur les Objectifs de développement durable, 617 millions d’enfants et d’adolescents, soit six sur dix, n’atteignent pas les niveaux minimum de compétence en lecture et en mathématiques.

Aussi, pour remédier à cette situation, l’accès à l’éducation doit être élargi pour inclure les jeunes en situation de vulnérabilité, qu’elle soit causée par des conflits, la pauvreté, un handicap ou d’autres facteurs. Le Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies a indiqué que l’éducation doit poursuivre l’équité tout en respectant la diversité culturelle et l’égalité des sexes.