Kent Gallery à célébré une toute nouvelle moisson artistique, réunissant deux artistes incontournables de la scène marocaine le 15 juillet 2022. Mahi Binebine autour de son dernier roman « Mon frère fantôme » et Ilias Selfati avec son exposition « Hana ».

Après la rencontre avec Mahi Binebine autour de son dernier roman « Mon frère fantôme », paru aux éditions le Fenec, en collaboration avec la librairie-galerie Les Insolites, la floraison minimaliste a eu lieu avec le vernissage de l’exposition « Hana » du peintre Tangérois Ilias Selfati, une exposition florale aussi unique que mystérieuse (du 15 juillet au 15 septembre 2022).

« Hana » est une nouvelle série de 60 aquarelles, placée sous le signe de la floraison. 60 éclosions de couleurs dans lesquelles la généreuse beauté de la nature rejoint la gratuité sublime de la peinture. « La rose est sans pourquoi, écrivait le mystique allemand Angelus Silesius, elle fleurit parce qu’elle fleurit ; / Elle n’a souci d’elle-même, ne demande pas si on la voit. » Les orchidées, les anémones ou les iris de Selfati sont aussi sans pourquoi, mais contrairement aux fleurs de rhétorique, leur beauté n’existe qu’à travers notre regard. Olivier RACHET

Selfati parcourt les florescences de la culture postmoderne pour y cueillir de mystérieuses brassées de fleurs sauvages, pavots, anémones, iris ou orchidées torturées, qui se liquéfiant dans la matière même de l’aquarelle, toute en transparences séminales, ensemencent leur monde de floraisons. Hana, exposition d’un je, d’un soi que l’on met, pétale après pétale, au péril de la mise à nu et de la pensée magique : j’aime, un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout, offre un tableau de noces à l’été de Tanger. C’est pour Selfati le temps des moissons, en soixante aquarelles exclusives. Philippe Guiguet Bologne