Décidément, les USA ne comprendront jamais rien à cet Orient alambiqué ! 

Après avoir détruit l’Irak et la Syrie, fragilisé l’Egypte, fait désintégrer le Yémen et noyauté nombre d’autres pays de la sphère arabe par un islam politique débilisant, les USA entament le coup de grâce à l’encontre des aspirations légitimes du peuple palestinien ! 

Le « Sommet de Bahrein » vise en réalité l’enterrement définitif des Accords d’Oslo sous le couvert d’un prétendu « Accord du siècle » où le fric viendrait aspirer l’ensemble des aspirations politiques d’un peuple occupé et embastillé à ciel ouvert.

Le Businessman qui trône à la Maison Blanche se croit aujourd’hui détenteur de tous les atouts nécessaires à son plan d’asservissement définitif de l’Orient par Israël. 

Après avoir franchi, le 6 décembre 2017, la ligne rouge de la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël, après avoir honteusement rançonné les Al Saoud à hauteur de 450 milliards de dollars tout en les précipitant dans une guerre apocalyptique au Yémen, Donald Trump peut aujourd’hui se permettre de charger son gendre et conseiller Jared Kushner de vendre aux Arabes un « Accord du siècle » fumeux moyennant une cinquantaine de milliards de dollars dont le paiement sera effectué par les Golfiens à sa botte, et ce en contrepartie de la renonciation définitive, en octobre prochain, à la « solution à deux Etats ».

Dans cette affaire qui sent le roussi et l’abus de faiblesse, le Maroc semble démuni d’instruments diplomatiques solides pouvant lui permettre de refuser purement et simplement la mascarade déployée à Manama, comme l’ont fait le Liban, le Koweit ou les Palestiniens eux-mêmes.

Certes, la manifestation de Rabat permettra sans doute au roi Mohammed VI de soulever des réserves sur la finalité voulue par les Américains, mais le soutien précieux de Washington à la proposition marocaine d’autonomie saharienne demeure une priorité absolue pour la Monarchie comme pour le peuple marocains.

Avec une représentation ministérielle minimale, le Maroc peut néanmoins contenter les Américains sans se départir de ses positions traditionnelles sur la question palestinienne. 

Espérons seulement que la diplomatie marocaine sache se sortir de ce guêpier comme elle a su se soustraire de la guerre abracadabrantesque et sanguinaire du Yémen !

Abdessamad Mouhieddine, Anthropologue et Journaliste.