Kouloud Kebali

khouloud KEBALI

Hommage à

Toutes celles qui portent le monde sur les épaules et qui n’espèrent plus être comprises. Celles qui avancent, SEULES, dans un monde pourtant bien rempli.

Celles qui opèrent, SEULES, parce qu’elles le sont, même plongées dans un monde fou, plein à craquer de ceux qui ne veulent pas, qui ne peuvent pas comprendre : Une guerrière qui a souvent envie de baisser les armes, de poser sa tête sur une épaule et respirer l’odeur d’un « autre » qui « comprend:

– Les combats intérieurs et extérieurs menés depuis des générations…

– Les combats imposés par une vie ponctuée de déceptions et de jugements.

– Les combats d’une existence, conditionnée, décidée… Par les gènes, par le sexe, par la société.

Hommage à celles qui ne veulent même plus être entendues car leur voix se fait désormais l’écho de plusieurs siècles à dire les mêmes choses.

A toutes celles qui ne rêvent même plus, ou alors en cachette, SEULES, comme des criminelles, sans trop oser « dire » leurs rêves, devant un monde transformé en salle de tribunal.

Hommage à celles qui continuent, SEULES, même accompagnées.

A nos mères, même si elles ont oublié de nous prévenir que même accompagnées, nous serions SEULES, car personne pour nous « comprendre ».

Que nous passerions des générations à expliquer le pour nous évident.

A justifier le pour nous légitime.

Que nous ne sommes la propriété de PERSONNE.

Hommage à nos mères, même si elles ont un jour abandonné une cause perdue d’avance… Celle d’être comprises.

Et qui nous ont appris cette solitude que nous préférons désormais à la compagnie de ceux (et de celles) qui ne veulent pas, qui ne peuvent pas comprendre.

Ceux qu’on a façonnés « ainsi », sans l’option « comprendre les non-dits ».

Hommage à celles qui ne disent plus rien…

Qui ne veulent plus rien dire.

A celles qui sourient, qui disent « bonjour », « s’il vous plait », « merci »… « TOUT VA BIEN ».

Et qui continuent leur marche solitaire, dans un monde plein à craquer.

Car c’est tout ce qu’on leur a appris.

Bonne journée.

Khouloud KIBALI, Journaliste et Consultante en communication