Du 12 juin au 12 juillet 2019, So Art Gallery expose pour la première fois les travaux de Zineb Bennis, dans le cadre de l’exposition « Sur le fil ». Cette exposition met en avant une esthétique aérienne et évanescente, fruit d’une phase difficile de transition vécue par Zineb Bennis.

« Sur le fil » est une exposition singulière qui se déploie à travers des canevas pour donner vie à de grands portraits saturés, délivrant des regards et des expressions faciales. Ces portraits, révélateurs d’émotions, sont particulièrement inspiré par des visages féminins. Zineb Bennis a cherché à en retranscrire les émotions complexes et les regards intenses et fixes, qui interpellent l’observateur qui s’en retrouve comme hypnotisé.

L’artiste travaille sur des toiles qu’elle aiguise à travers le jet d’encre, sans même les toucher. Elle utilise une technique contemporaine libre dite « Drip Painting » et y exprime des émotions, des expressions, des visages des corps, en monochrome afin d’apporter une notion de profondeur  à ses travaux, dont le rendu oscille entre figuration narrative et abstraction lyrique.

Zineb Bennis travaille la peinture tout en liberté, faisant du corps et du visage des sources de sensation et d’émotions brutes pour aller au-delà des codes. Mélangeant mélancolie, honnêteté, réalité ou fantasmes, son projet a pour unique objectif de transcrire et partager une réalité perdue, celles des mots que l’on ne dit plus.

Peintre autodidacte, Zineb Bennis affine ses techniques au fil du temps et reste dans la recherche de nouvelles formes, de matières et explore les possibilités d’expression à travers ses canevas qui font fi de livres ouverts et de partage de messages. Pour cette jeune artiste, l’Art donne à voir l’invisible.

Ses créations sont le reflet de conversations intérieures. Ils la plongent dans un monde où tout ce que le temps a fait disparaître semble revenir à la vie. Elles sont chargées de questionnements et laissent émerger des sentiments profonds, ceux de sa passion pour le dessin et la peinture, trop longtemps refoulés. 

Quand l’artiste Zineb Bennis se raconte à vous, vous comprenez vite que ce qui fut au début un exutoire a laissé place à une passion longtemps enfouie et ignorée. Une éducation rigoureuse ne pouvait mener à une carrière artistique en lieu et place d’un parcours conventionnel.

Née le 23 Juin 1992 à Casablanca, elle débute sa carrière professionnelle dans le monde corporatif en travaillant, durant quelques années, dans le marketing et les relations publiques. Il y a deux ans, Zineb Bennis rencontre quelques problèmes de santé qui obstruent une carrière conventionnelle. Mais le dicton dit « à quelque chose malheur est bon » !

En effet, durant cette période difficile, elle se tourne d’abord vers le dessin pour ensuite s’essayer à la peinture. Zineb a choisi l’art-thérapie pour dépasser cette phase. Et c’est en prenant du plaisir qu’elle se découvre une réelle passion pour cette forme d’expression artistique.

2018 sera l’année de la révélation mais aussi celle du défi, celui de renoncer à une voie toute tracée pour se consacrer à ce qu’elle considère alors comme une passion devenue vitale : la, peinture. « Ayant pris la décision de changer de vie, je ne peux envisager autre chose que réussir ce nouveau challenge« , pense alors Zineb Bennis.

En janvier 2019, Zineb rencontre Ghizlaine Guessous, directrice de So Art Gallery, la galeriste est vite submergée par les œuvres qui témoignent de l’énergie déployée par une personne qui se cherchait durant toutes ces années. « On ne devient peintre ni par distraction, ni même par hasard… On l’est dans son ADN, néanmoins le déclic est important. Et Zineb Bennis a découvert sa passion dans les moments les plus difficiles« , explique Ghizlaine Guessous.