Longtemps l’Europe a sommé la mafia militaro-politique algérienne de maintenir le statu quo afin de perpétuer le système des rétro-commissions, d’une part, et prévenir coûte que coûte un déversement massif de réfugiés vers le vieux continent.

C’est pour cette dernière raison d’ailleurs que les top management d’Algérie et du Maroc ont été sommés par l’Europe (relayée par l’Amérique d’Obama) d’éviter toute provocation géostratégique majeure pouvant aboutir à un conflit armé opposant les deux pays voisins.

La camarilla d’Alger s’y est soumis tout en continuant à dilapider les richesses du pays dans l’achat de quincaillerie militaire inopérante juste pour engranger des commissions faramineuses.

Aujourd’hui le peuple algérien défie les marionnettes galonnées et le marionnettiste occidental !

Il est décidé à mettre fin à ce statu quo où la tragédie s’était longuement et confortablement emboîtée au ridicule.

Les premières lueurs de l’aube nord-africaine s’annoncent enceintes d’espérances. Le souffle du véritable changement semble nous parvenir de cette Algérie fière et invassalisable.

Bon vent !