Au sein du monde animal, végétal ou minéral, la notion de morale n’a pas de place. Ainsi, « les dictionnaires » de ces sphères ne comportent nullement l’injure de « prostitution ». On se plaît et on passe aussitôt à l’acte. 

Au sein des communautés humaines, les croyances font des ravages allant jusqu’aux génocides ! 

Qu’est-ce à dire ? Depuis la nuit des temps, on tue son prochain pour un dogme, une religion, un axiome, une croyance sectaire…tandis que la mémoire demeure rétive à l’indignation. 

On tue et on oublie. Le « rebelote » est de rigueur. 

On sait ce que les guerres occasionnent en dévastations et en nombre de morts, mais, depuis la nuit des temps, on persiste à répéter les mêmes crimes, souvent apocalyptiques. 

La morale n’a pas pour dessein de verrouiller les voies du bonheur humain; elle doit viser prioritairement la symbiose entre les hommes, d’une part, et entre ces derniers et le cosmos, d’autre part. 

Le reste n’est que balivernes.

Abdessamad Mouhieddine, Anthropologue et Ecrivain.